top of page
  • Photo du rédacteurBabacar Diallo

10 erreurs à ne pas commettre lorsqu'on cultive un jardin vertical chez soi


10 erreurs à ne pas commettre quand on cultive un jardin vertical chez soi, selon les experts.


Le concept de jardinage vertical a connu un véritable essor ces dernières années, en particulier dans le domaine de l'agriculture urbaine : non seulement il permet d'augmenter les niveaux d'oxygène et de réduire les taux de pollution dans les villes, mais il contribue également à redonner vie à des bâtiments en mauvais état et à apporter un cachet unique à de nombreux espaces publics, qu'il s'agisse d'universités ou de musées. Ces « murs de culture » s’invitent désormais chez l’habitant pour embellir une terrasse ou gagner quelques mètres carrés de jardin. L’entreprise paysagiste espagnole SingularGreen rappelle les 10 erreurs à éviter.


1. Ne pas tenir compte de l’emplacement du jardin


« Il y a une grosse différence entre un jardin vertical orienté au nord et, par conséquent, presque toujours à l'ombre, et un jardin exposé plein sud et donc baigné de soleil », explique Jordi Serramia, PDG de SingularGreen. « On ne peut pas attendre grand-chose d'un romarin à l'ombre. De même, on ne peut pas placer un cactus dans un jardin vertical d'intérieur. »


2. Choisir des espèces de plantes trop exigeantes


Le jardin vertical ne se limite pas forcément à un aspect purement décoratif : il est également possible d’y cultiver des légumes ou des herbes aromatiques pour la cuisine. Il est important de tenir compte de cette différence dès le départ. « Toutes les plantes ne nécessitent pas la même attention. Il y a des plantes polyvalentes, comme le Chlorophytum comosum, aussi appelé plante araignée, et des plantes plus délicates, comme les plantes de tomates, qui nécessitent des traitements contre les parasites, une fertilisation régulière, etc. », relève Jordi Serramia.


3. Ne pas anticiper la croissance des plantes


Si votre objectif est de gagner de l'espace, vous devez tenir compte de la taille que certaines plantes peuvent atteindre dans le futur pour éviter l'effet inverse : « Par exemple, si vous placez une Monstera deliciosa dans un jardin vertical, vous devez garder en tête qu'elle peut atteindre 4 m de hauteur et envahir toute la terrasse. »


4. Arroser un mur végétal comme on arrose un pot de fleurs


L’arrosage d'un jardin vertical est différent de celui d’un jardin normal. Par exemple, on peut recourir à un système goutte à goutte pour mieux répartir l'eau, à des pompes d'irrigation (systèmes qui sont installés dans la partie inférieure du jardin et qui projettent l'eau vers le haut) ou, enfin, utiliser un tuyau d'arrosage, à condition qu'il y ait un bon système d'évacuation.


5. Ne pas avoir de système d’arrosage automatique


L'équipe de SingularGreen insiste sur la nécessité d'avoir un système d'arrosage automatique, surtout quand on s’absente pendant plusieurs jours. « Il est très facile d'installer un système d’arrosage automatique, de sorte qu'en cas de problème, nous pouvons partir en vacances sans craindre que quelque chose se passe mal », explique Jordi.


6. Ne pas apporter aux plantes assez de lumière


Contrairement aux plantes en pots, les jardins verticaux d'intérieur ont besoin d'un éclairage artificiel pour se développer s'ils ne bénéficient pas d'une lumière naturelle suffisante. Pour cela, il est important de disposer de lampes à sodium, riches en tons rouges et orange, qui permettent de stimuler la floraison. Il existe également d’autres alternatives, comme les lampes aux halogénures métalliques, dont les tons bleus et violets sont parfaits pour la croissance des plantes, ou même les lampes led.


7. Penser qu'un jardin vertical ne nécessite pas d’entretien


L’entretien d’un jardin vertical n’est pas à prendre à la légère, comme l’explique Jordi Serramia : « S'il est vrai que les jardins verticaux sont automatisés et moins exigeants que les plantes en pots, ils requièrent tout de même un minimum d'entretien : contrôle mensuel de l'état des plantes, lutte contre les parasites, ou encore taille semestrielle. Ce ne sont pas des plantes en plastique. »


8. Ne pas utiliser le bon système de jardin vertical


Légumes, plantes décoratives ou herbes aromatiques : à chaque jardin vertical ses usages et ses besoins. « Tous les systèmes de jardinage vertical ne se valent pas, car cultiver un potager n'est pas la même chose que de cultiver des plantes aromatiques ou décoratives. Il existe des systèmes différents pour chacun de ces objectifs. »


9. Ne pas fertiliser les plantes correctement


Chaque type de plante a des besoins différents en matière d'engrais. « Une fougère, qui ne demande pratiquement que de l'eau, n'est pas la même chose que des tomates, qui ont besoin d'une fertilisation constante pour produire des fruits. »


10. Ne pas prendre en compte la qualité de l’eau dans votre région


« En fonction de la qualité de l'eau dans votre région, certaines espèces ne pourront pas s’épanouir dans votre jardin vertical. Par exemple, de nombreuses espèces de fougères ont besoin d'une eau à faible conductivité, c'est-à-dire à faible teneur en électrolytes. » C'est pourquoi il est important de tenir compte de la qualité de l'eau pour assurer le bien-être de votre jardin.


Article initialement publié sur AD Espagne.

2 vues0 commentaire

Commentaires


  • Facebook
  • Instagram
  • Gazouillement
  • Linkedin
bottom of page