top of page
  • Photo du rédacteurBabacar Diallo

40% d’énergie propre à l’horizon 2030 : Le Sénégal accélère la transition énergétique avec le JETP



Le Sénégal va explorer davantage les énergies renouvelables. L’atelier régional ouvert le 16 novembre 2023 à Dakar s’inscrit en droite ligne dans cette dynamique. Les objectifs sont entre autres d’accélérer l’accès universels à l’énergie et de consolider les acquis en matière d’accès à l’énergie sobre en carbone. C’est pour cette raison que les experts ont engagé la réflexion dans cette optique d’affiner les stratégies de mise en œuvre des projets du Partenariat pour la transition énergétique juste ( JETP). Cette initiative a comme point de départ le 22 juin 2023, à Paris. Ce jour, le Sénégal avec ses partenaires internationaux, tels que l’Allemagne, la France, l’Union européenne, le Royaume-Uni et le Canada, ont signé un accord de partenariat qui vise à développer les énergies renouvelables au pays de la Téranga.


En partenariat avec le Programme Energies Durables (PED), le ministère du Pétrole et des Énergies du Sénégal a convié les acteurs du secteur et représentant du peuple pour échanger sur les enjeux sur la mise en œuvre du JETP.


Pour la société civile représentée par Birahime Seck : « il ne faudrait pas que le partenariat pour une transition énergétique juste soit injuste ». Le coordonnateur de la société civile espère une transition responsable. Partant de ce principe, Birame seck exige l’implication des organisations du secteur privé et de la société civile dans le comité de pilotage afin qu’il soit inclusif. L’autre préoccupation de Birame Seck concerne le projet « Gaz to power ». Sur ce point, il a insisté sur la réalisation des études d’impact environnemental.


Retenons que cet accord du JETP prévoit un financement de 2,5 milliards d’euros, soit 16, 398 925 milliards de francs CFA additionnels, sur une période initiale de 3 à 5 ans. Cette ressource a été mobilisée par les partenaires internationaux et les banques multilatérales de développement.


Il permettra ainsi l’accélération du déploiement des énergies renouvelables de façon à porter leur part à 40% d’ici à 2030 et la publication d’ici la COP28 d’une vision et d’une feuille de route en vue d’une stratégie à long terme de développement à faible émission de gaz à effet de serre (SLT)prévue d’être finalisée en 2024.


« Le Sénégal, en liaison avec les membres du groupe des partenaires internationaux, préparera d’ici juin 2024 un Plan d’investissement qui identifiera les investissements requis et les opportunités pour mettre en œuvre sa vision d’une transition énergétique juste et équitable. En attendant ce plan, les parties travaillerons sur la validation d’une liste de projets prioritaires qui seront financés », informe le ministère.


Le Sénégal prendra en compte toutes les préoccupations dans le processus de transition énergétique. « Nous continuerons à développer notre gaz avec la stratégie Gas to power qui a été mise en place. Et nous comptons à l’horizon 2030 avoir un mix principalement composé de gaz et d’énergies renouvelables. Ce qui permettrait de mettre notre pays dans le cercle restreint des pays à faible émission et aussi de nous permettre d’avoir un mix assez varié tout en respectant les normes environnementales et sociales », a laissé entendre Cheikh Niane, Secrétaire Général du Ministère du Pétrole et des Énergies.


Par Fatimata DIOP BA,

Article initialement publié sur Seneweb

2 vues0 commentaire

Comments


  • Facebook
  • Instagram
  • Gazouillement
  • Linkedin
bottom of page