top of page
  • Photo du rédacteurBabacar Diallo

Un budget de plus de 500 milliards de FCFA pour le ministère des infrastructures en 2024



Le projet de budget 2024 du Ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement est arrêté à 561 750 361 668 FCFA en autorisations d’engagement (AE) et à 283 202 713 325 FCFA en crédits de paiement (CP).


Selon le ministre Amadou Mansour Faye, ledit budget s'inscrit en droite ligne du troisième Plan d'actions prioritaires (PAP 3) du Plan Sénégal émergent (PSE) qui constitue le cadre de référence de l’exécution de la politique de l’État en matière de réalisation d’infrastructures et de création de services de transports terrestres. M. Faye précisera que le Sénégal, à travers le PSE, a priorisé la réalisation d’infrastructures à travers plusieurs programmes.


Le ministre des Infrastructures est revenu sur le Programme spécial de désenclavement (PSE). Il a rappelé que le PSE, initié par le Président de la République Macky Sall depuis juin 2022 dans la région de Sédhiou, couvre toutes les régions du Sénégal et les zones à fortes potentialités économiques. «Il est financé à hauteur de 453 milliards FCFA et permet la 135 réalisation de 2700 km de routes en milieu rural ou intercommunal, 150 km de voiries urbaines dans les grandes villes, 300 km de mise à niveau du réseau routier structurant qui supporte l’essentiel du trafic et des ouvrages d’art », a confié Amadou Mansour Faye.


Le ministre a aussi fait noter que le Programme de développement des zones agricoles et minières (PDZAM) est financé par la BAD, le PCZA avec le concours de la Banque mondiale, et d’autres programmes financés par les bailleurs classiques à l’instar de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (Badea) pour la route Bambeye-Baba Garage, Toubatoul- Keur Samba Kane, Diatar-Alwar. La route Sénoba-Ziguinchor-Mpak est financée par la Bad, a-t-il ajouté. À cet effet, il a souligné que des pas importants ont été réalisés sur le plan des infrastructures, particulièrement sur les grands axes routiers de désenclavement, les autoroutes et les pistes. Aussi, a-t-il rappelé la contribution des autres programmes développés par les ministères sectoriels à l’instar de PROMOVILLES, PUDC et PUMA.



Par Adou FAYE,

Article initialement publié dans Lejecos

9 vues0 commentaire

Comments


  • Facebook
  • Instagram
  • Gazouillement
  • Linkedin
bottom of page