top of page
  • Photo du rédacteurBabacar Diallo

Production électrique : La capacité électrique du Sénégal passe de 500 MW en 2012 à 1787 MW en 2023 selon le chef de l'Etat



Le Président de la République sénégalaise qui s’est adressé à la Nation ce soir du 31 décembre a souligné qu’ « avec seulement 500 MW et un réseau vétuste de 501 km de lignes électriques, les coupures d’électricité étaient longues et fréquentes avant 2012, jusqu’à occasionner des émeutes ».


Aujourd’hui, s’est-il félicité, « nous avons plus que triplé nos capacités électriques, avec 1787 MW, et un réseau de lignes porté à 1552 km ».


Il a ajouté que nombre de localités du pays « qui vivaient dans l’obscurité sont maintenant éclairées » ; le taux d’électrification rural étant passé de 27% en 2012 à 61% en 2023.  


 Avec l’exploitation prochaine des ressources gazières et pétrolières, Macky Sall annonce que « nous réaliserons à l’horizon 2025 l’accès universel à l’électricité à des coûts plus abordables », même s’il ne sera pas là en tant que chef d’Etat parce qu’ayant renoncé à participer à la Présidentielle de février 2024.


Dans son message à la Nation, il a indiqué que « le Sénégal émergent, ce sont nos nouvelles centrales électriques à énergie propre, entre autres à Bokhol, Malicounda, Taïba Ndiaye, Méouane et Mérina Dakhar ».


L’accès à l’eau potable passe à 98% en milieu urbain et périurbain et à 96% en milieu rural


Macky Sall a également souligné que dans le secteur vital de l’eau, ils ont multiplié les forages en milieu rural avec la première phase du Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC), et construit une troisième usine à Keur Momar Sarr.


En conséquence, le chef de l’Etat a fait savoir que le taux d’accès à l’eau potable est passé à 98% en milieu urbain et périurbain et à 96% en milieu rural.


L’accès universel est désormais à notre portée, a-t-il dit en donnant comment argument deux projets de dessalement d’eau de mer dont un en construction aux Mamelles de Ouakam, et un autre en cours de montage technique et financier, plus « la deuxième phase des forages du PUDC qui va démarrer en début 2024 ».


Article initialement publié dans Lejecos

 Par Bassirou MBAYE


 

6 vues0 commentaire

Comments


  • Facebook
  • Instagram
  • Gazouillement
  • Linkedin
bottom of page