top of page
  • Photo du rédacteurBabacar Diallo

5 idées d'architectes à adopter pour un intérieur digne de 2023


Récemment ouverts, ces restaurants parisiens adoptent le bois en all-over, les niches murales ou les appliques scandinaves décalées… Décryptage des idées à emprunter chez les architectes Raphael Navot, Laura Gonzalez, Humbert & Poyet, Tristan Auer et Uchronia.

1. Le bois en all-over, comme Raphael Navot


L’hôtel Dame des Arts, un écrin imaginé par Raphael Navot, porte en lui tout l’esprit de la Rive Gauche. Lignes simples et formes graphiques, matières minérales et naturelles… Raphael Navot s’est inspiré de l'histoire des artistes de Saint-Germain-des-Prés pour concevoir cet hôtel au cœur du quartier des Arts et des Lettres. Entre anticonformisme et élégance, l'esthétique de l'immeuble qui date des années 1950 rappelle les décors des films de la Nouvelle Vague. Au restaurant de l'hôtel, la carte des mets imaginés par le chef Othoniel Alvarez Castaneda est à partager. Le décor chaleureux met à l'honneur la tendance du bois sculpté qui recouvre les murs mais aussi le sol, en un trompe-l'œil mimant le carrelage.


2. Le miroir incrusté dans une niche murale, comme Uchronia


Unagi, le nouveau bistrot japonais du XVIe arrondissement révèle un décor seventies imaginé par Uchronia. Ce restaurant, qui s'inspire à la fois des traditions de l’izakaya et des codes du quartier, réunit le passé et le présent. Dès l’entrée, un bar incurvé recouvert de feuilles de cuivre japonaises donne le ton. Une banquette en bois capitonnée serpente le long des murs et change de couleur en cours de route, du vert au rouille. Des carreaux de pierre naturelle surdimensionnés font référence à la forme des tatamis. Les murs en béton rappellent le travail minimaliste des architectes japonais. Une série de contrastes vibrants —formes organiques, couleurs neutres et géométrie stricte — créent l'expérience. La touche déco la plus originale de l'endroit ? Les miroirs chinés moulés dans les murs qui agrandissent intelligemment l'espace.


3. Un plafond à caissons en miroirs, comme Laura Gonzalez


Sur le toit de l’Institut du Monde Arabe, le décor oriental du nouveau restaurant Dar Mima a été imaginé par Laura Gonzalez comme un pont entre l’orient et l’occident. Marbres, zelliges, marqueterie de bois, fresques peintes à la main sur feuille d’or et moquettes à motifs… Les matériaux rivalisent d'opulence. Le plafond gravé en staff blanc avec des caissons contribue également à l'originalité de l'espace ; les miroirs agrandissent le lieu. À l'extérieur, une terrasse conçue comme un jardin méditerranéen suspendu est peuplée d’amandiers, de jasmin, de citronniers et de palmiers. « Dans une des anciennes langues perses, le mot jardin « pairi-daeza » a donné son origine au mot paradis », rappelle Laura Gonzalez.


4. Marier sculpture antique et applique scandinave, comme Humbert & Poyet


Le restaurant gastronomique milanais, Beefbar Milano, a investi la chapelle d’un ancien séminaire, caché pendant plus de 500 ans, au cœur de la ville. Accessible depuis la cour de l’hôtel Portrait Milano, le lieu s’est vu restauré et réaménagé. Inspiré par les années 1940 à 1960, le duo d’architectes d’intérieur Emil Humbert et Christophe Poyet fait dialoguer boiseries en noyer, tables en marbre et suspensions en bronze sous les voûtes de l’ancien réfectoire, épousant ainsi le mobilier vintage. Théâtralisé, le décor est rythmé par la présence de sculptures antiques et par les appliques triptyques du designer Ignazio Gardella. Éclairés par les lampes en laiton et verre, les bustes grecs fissurés trônent sur les murs en bois, marqués par le temps. L’association des canapés en velours avec le plafond en béton et les consoles en bois contraste avec les arches d'inspiration baroque.


5. Le panneau en éventail, comme Tristan Auer


Revu par par l’architecte d’intérieur Tristan Auer, le restaurant Nonos & Comestibles à l’hôtel de Crillon révèle son nouveau décor. Outre le bar en marbre et bois de rose, les assises en cuir tressé ou en velours, grège et lichen, on retient l'aménagement des alcôves aux tonalités mordorées. Les panneaux muraux en éventail donnent du relief à un intérieur minimaliste, lui-même rehaussé d'un plafond en feuilles d’argent patiné. Un décor qui résonne comme une ode aux métiers d'art.


Par Anouk Sarfati et Noelann Bourgade, AD Magazine


27 vues0 commentaire
  • Facebook
  • Instagram
  • Gazouillement
  • Linkedin
bottom of page